Sara Tavares

Xinti
Sortie le 14 sept 2009
Label : World Connection
Nouvel album “Xinti”. Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance d’assister à son concert du Café de la Danse, une très belle occasion de se rattraper le 5 février à l’Alhambra. Elle y partagera l’affiche avec une autre découverte lisboète, Deolinda qui apporte une vrai dose de fraîcheur au fado.

« …un style qui détonne parmi les voix de la nouvelle génération des artistes capverdienne… Sobre, fluide, et d’une belle élégance, sa musique est une fusion déliée d’influences dans un univers intimiste où dominent les couleurs soul-jazz. »
Le Monde

« Loin des fracas du monde, la Portugaise d’origine capverdienne Sara Tavares pose les fondations d’une chanson où tout n’est que calme et volupté »
Les Inrockuptibles

« Elle semble ici en quête d’un esthétisme folk onirique qui la rapproche autant d’Ayo que de Cesaria Evora… Les guitares scintillent, les peaux des tambours se font moelleuses et confortables… L’enregistrement est techniquement parfait… et on entend presque les battements du cœur de la chanteuse capverdienne… un talent évident. »
Vibrations

« Sara Tavares accentue la sensualité d’une chanson lusophone qui balance harmonieusement entre pulsations capverdiennes, brésiliennes, folk et soul… un album qui, conformément aux désirs de son auteur, ramène la musique à son état premier : une libre respiration, un gracieux souffle de vie. »
Les Inrockuptibles

« Difficile de classer cette chanteuse, les pieds et l’âme entre le Portugal et le Cap-vert, le gospel et la soul, la chanson africaine et le folk. Une certitude : sa voix de tête au swing imparable »
Vibrations

« … Une voix qui gagne une fois de plus en intensité… Sara pose une couronne sur ses origines, et réussit son pari de faire de l’été une saison de douze mois. Bref, un petit bijou dont il est facile et agréable de tomber amoureux. »
World Sound

« Une voix claire au service d’une musique qui balance entre Cap-Vert et Portugal. Ce deuxième, album de Sara Tavares confirme le charme de la belle : swing, douceur et sérénité. »
Afriscope
Guitares Cap-Verdiennes, rythmes angolais, chaleureux chant portugais, la musique de Sara Tavares est pleine de cette “sunshine soul” et n’a jamais sonné de manière aussi intense. " Xinti " (“feel it”) est une étincelante collection de chansons, avec son lot de surprises, montrant à quel point le répertoire vocal de Sara Tavares s’est enrichi et étendu depuis " Balancê " son précédent album. Ses chansons sont lyriques, sensuelles et plus structurées. Elles sont intimistes mais malgré tout enveloppées de rythmes subtils irrésistiblement funky, puisés au creuset africano- cap-verdien. Les thèmes de l’amour - spirituel et humain - y épousent des réflexions philosophiques décrivant, nous confie Tavares, "l’âme qui s’envole"...

Figurant parmi les principales représentantes de la nouvelle génération de chanteuses cap-verdiennes ayant émergé à la suite du succès planétaire de Césaria Évora, Sara n’est pas née dans les îles, appartenant à cette génération dont les parents ont émigré vers le Portugal, à la recherche de travail.
Grâce au succès de "Balancê", son album sorti de 2006, Sara Tavares a acquis un véritable statut international. Elle nous propose aujourd’hui "Xinti", une magnifique suite de chansons dont elle signe les textes et musiques et qui dénotent d’émouvants développements, dans sa façon de chanter, d’écrire, et de fusionner les cultures différentes.


Adolescente, Sara Tavares avait fondé le premier chœur portugais de gospel à Lisbonne, et avait alors décidé que la musique serait sa vie. Ses chanteurs préférés de l’époque avaient pour nom Stevie Wonder, Aretha Franklin, Donny Hathaway.... En 1994, elle remporte la sélection nationale à la télévision et participe à l’Eurovision. De là, un contrat avec BMG lui permet d’enregistrer un premier album "Sara Tavares and Shout" .

Dans les années qui suivent, elle se rapproche de la scène - bourgeonnante à Lisbonne - de la musique africaine et cap-verdienne. Son premier album en solo, "MI mA Bô" qui sort en 1999, est encore enraciné dans le rhythm and blues, mais son producteur Lokua Kanza, artiste africain basé à Paris, l’emballe d’un mix enlevé d’Afro-pop. Il devient disque d’or au Portugal et est nommé pour les Grammies portugais (Globos de Oero) dans les catégories meilleur artiste et meilleur nouvel album.

Son troisième album, "Balancê", trace le sillon de la reconnaissance internationale, avec une tournée promotionnelle qui l’emmène à travers toute l’Europe, le Japon et les États-Unis. L’essence de ses chansons s’est déplacée vers la musique cap-verdienne et africaine. Elle les interprète en portugais, en créole cap-verdien et en argot local de rue. Un album magnifique, dont chaque chanson bouge aux rythmes des îles et de la Diaspora africaine.

Sara explique que le thème de "Balancê" était en quelque sorte "prendre la vie avec le mouvement" ; soyez équilibré et ne vous prenez jamais trop au sérieux." Les prestations scéniques de la chanteuse à dreadlocks sont sensuelles et émotionnelles, intenses et légèrement funky : chansons à écouter et à danser, pleines de messages positifs et de refrains tristes, qui reflètent son extraordinaire palette, des envolées les plus aériennes aux profondeurs les plus blues, passant par d’excitants scats créoles.

Le nouvel album "Xinti" ("Ressentez-le") fait avancer l’histoire, en écho au voyage intérieur de la chanteuse. Certaines chansons ont été écrites sur la route au cours de la tournée "Balancê", et travaillées dans son propre studio. Et la plupart se laissent porter par des vagues de mélodies sensibles et souvent complexes de guitare. Sara compare les thèmes de "Balancê" - construits sur l’identité cap-verdienne et sa multi-culturalité - à "Xinti" qu’elle décrit comme "la prière intérieure de quelqu’un qui respire un bon coup et qui avance." Illustration avec la sensuelle chanson "Exala" (exhalez), une vitrine parfaite pour sa guitare aux arpèges sautillants et ses rêveries quand "on écoute ce qui n’est pas dit" L’écoute du vent est le thème du languissant "Voz di Vento" (la voix du vent) où, soulignant les vocaux, gazouillent les rythmes d’un tambour afro-brésilien et le vibraphone, comme des gouttes de pluie. Dans le rêveur "Manso, Manso" (doucement, doucement) on entend, derrière le chant, des enregistrements réalisés par la chanteuse dans les rues de Lisbonne. Un sens philosophique sous-jacent habite plusieurs des textes de ces nouvelles chansons de Sara Tavares, même si celles-ci sont immergées dans une musique à bouger, à danser, à vibrer, notamment l’enlevé "Keda Livre" (chute libre), une concoction funky et percussive d’afro-beat pour une chanson parlant de l’excitation dangereuse de la passion. "Une attaque d’amour !" comme la décrit la chanteuse.


Cette collection superbe est agrémentée de surprises qui démontrent combien le répertoire vocal de Sara Tavares est devenu plus complet et plus étendu depuis "Balancê". Ses leitmotivs et sa poésie évoquent une femme dans un voyage personnel - mais universel, et devenant une sage au fil des années. Ce sont de vraies "chansons d’expérience".

"Cet album n’est pas une histoire de chansons, c’est quelque chose qu’il faut ressentir. La vie doit continuer d’aller et venir, comme la mer. Elle doit bouillonner, comparez-là à une soupe ; vous devez la remuer pour qu’elle ait du goût. La vie doit parfois être dure pour en tirer quelque chose de pur" Sara Tavares