Les Ambassadeurs

Rebirth EP
Sortie le 30 juin 2015 (CD & Vinyle)
Label : World Village
Du début des années soixante au milieu de la décennie suivante, Les Ambassadeurs ont été la formation phare des nouvelles musiques africaines. Leur style, mélange d’un art ancestral, de salsa, de jazz et de funk, a illuminé la “sono mondiale”. Aujourd’hui, le retour de ce super-groupe ne fait pas que nous renvoyer à un âge d’or. Il symbolise aussi des valeurs de liberté et d’authenticité qui sont portées par un son, ce groove lancinant inaltérable de la pop mandingue.

TRACKLISTING DE l’EP REBIRTH
SIDE 1
1 Mali Denou 04:40
(Salif Keita / Salif Keita)
2 Tiecolomba Hé 05:00
(Idrissa Soumaoro / Idrissa Soumaoro)

SIDE 2
3 Seydou 05:28
(Salif Keita / Salif Keita)
4 4V 05:35
(Manfila Kanté / Manfila Kanté)
LES AMBASSADEURS, GROUPE PHARE D’AFRIQUE DE L’OUEST, VIENT DE SE REFORMER AUTOUR DE SALIF KEITA, CHEICK TIDIANE SECK ET AMADOU BAGAYOKO (DE AMADOU&MARIAM) POUR UNE IMPORTANTE TOURNÉE, AFIN D’AIDER LA CAUSE DES ALBINOS EN AFRIQUE.

« Les Ambassadeurs ont avant tout appris aux Maliens à aimer leur propre musique... » m’a un jour dit Salif Keita, et il n’y a rien de plus vrai. Au cœur du tourbillon culturel des années soixante-dix, dans un Mali débarrassé du colonialisme depuis à peine une dizaine d’années, Les Ambassadeurs ont prouvé à leurs compatriotes que la louange du griot, le clavé d’Orquesta Aragon et les percussions funky des J.B.’s pouvaient coexister. Grâce à cette idée libératrice, ils ont inventé un modèle musical qui a conquis le Mali, puis l’Afrique de l’Ouest et enfin le reste du monde.

Mais pourquoi revisiter ces jours délectables de groove et d’innovation ? Par nostalgie ? Pour l’argent ? Pour la gloire ? En vertu de l’amitié ? Un peu de tout ça peut-être, mais il y a toujours un moment, dans la vie de chacun, où l’argent, la nostalgie et l’amitié ne suffisent plus. On ressent alors le besoin de créer quelque chose de positif, pour marquer l’endroit où l’on a vécu et respiré.

Salif Keita n’a pas eu besoin de chercher longtemps une cause. Elle lui a été donnée à la naissance. En Afrique, les albinos sont craints, méprisés, rejetés, et pire encore. Leur peau devient cancéreuse au contact du soleil, ils perdent souvent la vue et leur éducation devient rapidement impossible. Ils peuvent être utilisés comme mascottes ou assassinés pour la fabrication de potions supposées garantir la force et le succès. La musique fut un antidote à cette ignorance et cette haine. Elle a sauvé la vie de Salif.

Cet album, cette “renaissance” d’un son et d’un esprit qui a touché l’Afrique de l’Ouest et le monde il y a plus de trente ans, est avant tout la preuve de ce qu’un enfant albinos peut devenir : une voix qui a conquis le monde dans le cas de Salif, ou une médaillée paralympique et avocate des droits de l’homme comme sa fille, Nantenin Keita.

Les bénéfices de ce projet seront entièrement reversés à la Fondation Salif Nantenin Keita à Paris ainsi qu’au centre spécialisé qu’elle gère à Kouloubléni au Mali. Là-bas, de jeunes albinos trouvent sécurité, soins médicaux, éducation et formation, et le reste du monde peut y comprendre la douleur, comme l’a écrit le poète Federico Garcia Lorca, de vivre dans “un monde sans scrupule et assez cruel pour séparer les hommes par couleur, alors que les couleurs sont le signe même du génie artistique de Dieu”.

Andy Morgan

Plus de renseignements : http://lesambassadeursfondationsalifkeita.com/

Les Ambassadeurs est à l’origine un big band formé au Mali au début des années 1970 et dirigé par Salif Keita et Kante Manfila. C’est l’une des formations pionnières qui ont ouvert la voie à l’explosion des musiques du monde durant les années 80. Basés à Bamako, Les Ambassadeurs commencent vraiment à se faire une place sur la scène locale en 1973, lorsque Salif Keita, alors star du Rail Band, rejoint la formation et participe à la fête. Salif Keita se souvient des raisons qui l’ont poussées à rejoindre Les Ambassadeurs. Alors qu’avec le Rail Band il interprétait principalement des chansons du folklore malien jouées avec des instruments modernes, Les Ambassadeurs lui donnaient la liberté de pouvoir jouer aussi bien de la musique traditionnelle que du jazz, des musiques latino- américaines ou européennes. Pour le public de l’époque, ce fut une révélation. Cheick Tidiane Seck fait également partie de l’histoire. Il était à la fois dans le Rail Band et Les Ambassadeurs comme claviériste. Il était l’un des piliers de la formation.

En 1978, Les Ambassadeurs, partis tenter leur chance à Abidjan et rebaptisés Ambassadeurs Internationaux enregistrent en quelques heures un album qui va connaître un succès instantané dans toute l’Afrique de l’Ouest et au-delà : “Mandjou”. Le titre Mandjou qui donne son nom au disque est hautement représentatif du style mis au point par Les Ambassadeurs : groove lancinant orchestré par la basse, le balafon et les percussions, cuivres aux consonances afro-cubaines et solos d’une rare intensité, le tout magnifié par le chant déchirant de Salif au fait de son art. Les Ambassadeurs ont clairement laissé une marque indélébile sur la musique moderne du Mali.

MUSICIENS
Salif Keita : voix
Cheik Tidiane Seck : claviers
Idrissa Soumaoro : claviers, voix principale (2)
Modibo Kone : percussion
Mamadou Kone : calebasse
Sékou Diabaté : basse
Aminata Dante : chœurs
Arouna Samake : n’goni
Ousmane Kouyaté : guitare
Bah Kouyaté : chœurs
Robin Hopcraft : trompette
Idris Rahman : saxophone
Harry Brown : trombone
Saleem Raman : batterie

Enregistrement : 31 juillet et 1er août 2014, Paris, Studio de la Seine - ingénieurs du son : Sylvain Mercier et Jérémie Boys.
Enregistrement des voix de Salif Keita (titres 3 et 4) : du 26 au 28 février 2015, Bamako, Le Moffou - ingénieur du son : Abou Cissé.
Enregistrement de la post-production (batterie, trompette, saxophone, trombone, guitare additionnelle) : du 23 au 30 avril 2015, Londres, S.T.A.C.
Mixage : Laurent Dupuy, Londres, 13 et 14 avril 2015. Mastering : Mandy Parnell, 17 avril 2015, Londres, Black Saloon Studios.
Produit par Nick Gold et Leon Brichard Producteur exécutif : Valérie Malot / 3D Family