Bonbon Vodou

Cimetière créole
Sortie le 20 août 2021
Label: Heavenly Sweetness
La promesse des délices du sucre et la crainte du piment occulte. Le contraste est prononcé, à l’image du Bonbon Vodou…

Le Bonbon Vodou, c’est Oriane Lacaille et JereM, deux parfums qui se complètent pour n’en faire qu’un. Elle est issue d’une famille de musiciens Réunionnais, il est fils de… psychiatres Lacaniens. De la France au Canada, en passant par la Réunion, le duo a donné plus de 150 concerts en trois ans.
La promesse des délices du sucre et la crainte du piment occulte. Le contraste est prononcé, à l’image du Bonbon Vodou...

Le Bonbon Vodou, c’est Oriane Lacaille et JereM, deux parfums qui se complètent pour n’en faire qu’un. Elle est issue d’une famille de musiciens Réunionnais, il est fils de… psychiatres Lacaniens. De la France au Canada, en passant par la Réunion, le duo a donné plus de 150 concerts en trois ans.

Le Bonbon Vodou, dès les premiers contacts avec les papilles auditives, fait ressentir les pulsations de sa rythmique épurée et pourtant prégnante. Caisse en fer blanc et charley en sac plastique, sur sa batterie en exemplaire unique, Oriane l’a travaillée ; avec sa guitare au corps de bidon d’huile, JereM l’a finement recouverte de mélodies.

Des histoires à deux voix, qui combinent, pétillent et explosent. Des poèmes, du sarcasme. Une nostalgie joyeuse et festive, à l’image du cimetière marin de la baie de Saint-Paul, île de La Réunion.

Les carrés de terre couverts de fleurs multicolores y ont remplacé les stèles de pierre. Supposé sombre, le lieu fourmille de vie prête à renaître encore et toujours. Une façon de célébrer la fin comme un début, de rire dans la tristesse.

Croqué jusqu’en son centre, c’est là que mène le Bonbon Vodou. Dans ce champ du repos éternel, point de départ de ce deuxième album.

Sur place, c’est entouré de figures musicales de l’île que le duo s’est offert des subtilités gustatives du sega et du mayola. Les notes d’accordéon de René Lacaille, le père d’Oriane, la voix de Danyèl Waro.

Mais aussi des percussions - le kayamb évidemment ! - et, dans la tradition locale, le souffle des orchestres en cuivres.

Piers Faccini à la réalisation de plusieurs titres, c’est à Jean Lamoot (Noir Désir, Bashung Salif Keita…) qu’est revenu le travail décisif de l’enregistrement et du mix qui donne au Bonbon Vodou sa saveur définitive, sa douceur et son acidité.

Enregistré entre la France et l’île volcanique, battu par l’air de l’océan Indien, l'album, transforme la chanson française en succulence créole.

Dans ce Cimetière Créole, Bonbon Vodou invoque les divinités occultes, danse avec elles, voyage, célèbre la vie et le moment présent, gorgé du sucre qui adoucit les moments les plus amers.

Car, même avec un pied dans la tombe, on peut danser de l’autre.