Bardainne Jaumet

EP
Sortie le 15 octobre 2021
Label: Heavenly Sweetness
A trop pousser ses limites, l’humanité s’était faite aspirer dans la spirale de l’auto-destruction. Quelles que soient les formes qu’aient pu prendre cette apocalypse annoncée, elle avait eu lieu et il allait falloir vivre dans ce monde du jour d’après.
A trop pousser ses limites, l’humanité s’était faite aspirer dans la spirale de l’auto-destruction. Quelles que soient les formes qu’aient pu prendre cette apocalypse annoncée, elle avait eu lieu et il allait falloir vivre dans ce monde du jour d’après.

Son Tigre d'Eau Douce, Laurent Bardainne le savait sain et sauf même éloigné de lui. Il savait aussi qu’il le retrouverait plus tard mais, pour le moment, c’est avec Etienne Jaumet qu’il avait trouvé refuge dans ce studio peuplé de créatures analogiques aux touches noires et blanches. Au prix de câbles de fortune et de raccordements savants, l'électricité parvenait hasardeusement jusque dans l’antre de duo. Plus que nécessaire, elle était vitale au fonctionnement de leurs machines. Dans un monde où les émulateurs n’avaient pas survécu, où la science de la programmation des boites à rythmes s’était perdue depuis longtemps, eux seuls savaient encore décoder le défilé des diodes rouges de la TR-808 et déchiffrer les hiéroglyphes orange de la LinnDrum.

Reclus, ils se rappelaient des rythmes mambo, chacha et jazz. Depuis ce point de départ, faisaient digresser leurs esprits, écoutaient les sonorités muter, laissaient les branchements complexes distordre les sons autant que l’espace.

Au terme de ces séances brutes et spontanées, l’air saturé par la chaleur venue du pavillon des saxophones, le tandem se résolu à entrouvrir les volets de sa cache, quitte à y trouver une atmosphère saturée de mercure et devenue suffocante.

A leur grande surprise, le soleil n’avait jamais cessé d’y briller, la nature y régnait sans partage, seul le clapotis des vagues se faisait entendre.

Avant de sortir respirer l’air frais à plein poumons, Bardainne et Jaumet rembobinèrent la VHS...