A Filetta

Castelli
Sortie le 25 août 2015
Label : World Village
Entre musique sacrée et profane, le groupe de polyphonies corses livre un album profond et somptueux.

Les “castelli” chantés ici par A Filetta ne font pas référence qu’à des lieux historiques. Ce sont aussi des châteaux en Espagne, des châteaux de sable, des châteaux de cartes… Au fil de pièces sacrées et profanes écrites pour le théâtre, la danse et le cinéma, on y croise autant Shakespeare et Fernando Pessoa que des anonymes, tous étant animés d’une même vision humaniste. Dans une approche musicale ouverte qui jongle avec mémoire, nostalgie et utopie, ces chants questionnent aussi le sens de la vie et sont comme un écho à cette phrase universelle de Jorge Luis Borges : Au fond, je suis tout ce que j’ai perdu…

VOIX A FILETTA
Jean-Claude Acquaviva, François Aragni, Paul Giansily, Stéphane Serra, Jean Sicurani, Maxime Vuillamier
Castelli ... Les châteaux...

Edifices du passé, lieux de mémoire dominant l’Histoire, mais aussi châteaux en Espagne, châteaux de sable ou de cartes... Impermanence.

Ce nouveau CD résonne comme autant de questionnements sur le rêve, la nostalgie, l’illusion, l’utopie, le sens de la vie : que reste-t-il de tout ce que vous m’aviez dit ? Que reste-t-il de tout ce que nous avons construit ou peut être même que nous pensions avoir construit ? Est-il encore des interstices à découvrir, des espaces à imaginer, d’autres édifices à concevoir ? Sans doute, mais avant tout demeure ce que nous sommes, tout simplement...

A Filetta poursuit sa route et articule patiemment son œuvre au fil de rencontres artistiques enrichissantes qui ont modelé ce nouveau recueil.

Cette nouvelle production rassemble essentiellement des extraits de créations diverses, entreprises pour :

 le théâtre :
● Pessoassion créée en 2008 à Lorräch en Allemagne sur des textes de Fernando

Pessoa, sous la direction de Marion Schmidt-Kumke (U Guardiabanda et Ùn nu a sò) ;
● Songs of Lear de Shakespeare créée par Grzegorz Bral et montée par « Song of the Goat Theatre - Teatr Piesn Kozła » compagnie polonaise, au Fringe Festival à Edimbourg en 2012 (Ave Maris Stella).

 la danse :
● Puz/zle du chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui créée en 2012 au Festival

d’Avignon (Letterella, Notte tana et Maroccu Biancu).

 Le cinéma :
● Disparus, téléfilm en deux parties produit par Ramona Productions, réalisé par Thierry Binisti et diffusé sur France 3 national en septembre 2014 (Infine, In ogni addiu, In bocca à Diu, Si spera).

En outre, cet enregistrement compte également :
 deux chants créés à l’occasion de la commémoration des cinquante ans de l’accident d’avion du Renosu, le 29 décembre 1962 (Gradualia et Introit) ;
 Dormi, une magnifique berceuse écrite par les frères François et Dominique Vincenti ;
 Tbiliso, un hymne géorgien ; un hommage, une déclaration d’amour à Tbilissi, cette ville qui aura tant façonné notre chant.

Les textes, hors ceux relevant de la liturgie, sont empruntés à divers auteurs : François Vincenti, Jean-Claude Acquaviva, Petru Santucci, Fernando Pessoa.