Mûri de longue date, « Orientissime » est un projet doté d’une extraordinaire ambition. A l’instar des rapprochements transatlantiques historiques entre l’Afrique et Cuba, il s’attache à reconstruire un pont culturel entre l’Afrique et l’Orient, faisant escale en Egypte.

On découvre dans cet album une cohérence artistique évidente tant la voix de Thione Seck se marie à merveille avec les sonorités orientales et indiennes. On déambule d’un continent à un autre sans qu’aucune frontière ne vienne entraver notre quête, elles s’effacent au son du xalam, disparaissent aux premières notes de sitar et s’ouvrent devant les accords du oud.

On peut ici véritablement parler de Musiques du Monde