DES TANGOS EN SUSPENS

Qui a dit qu’il fallait naître à Buenos Aires pour s’illustrer dans le tango ? Débora Russ vient de Cordoba, comme quelques grands musiciens (les bandonéonistes Ciriaco Ortiz, Homero Manzi, ou Ruben Juarez pour ne citer qu’eux). Qui a dit qu’il fallait avoir tété le tango au biberon pour en faire son métier ? Débora Russ n’est pas née dans une famille de musiciens, et son enfance est davantage bercée par les chansons espagnoles qui entretenaient la nostalgie de son grand-père. Enfant, Débora a pris des cours de danse flamenco et deviendra même professeur diplômée, mais à l’entendre, nous ne sommes pas si éloignés du tango : « En écoutant Anibal Troilo, un génie du bandonéon, j’ai toujours trouvé quelque chose d’andalou dans sa musique. Bien avant de savoir qu’en effet, c’était un grand connaisseur du flamenco », dit la chanteuse.